Chapitre 4 Descente

Modérateur : Morningstar

Verrouillé
Avatar du membre
Morningstar
Messages : 228
Enregistré le : mar. 1 oct. 2013 23:12

Chapitre 4 Descente

Message par Morningstar » ven. 22 août 2014 03:41

Le groupe s'est finalement décidé à se débarrasser du cadavre. Pour ne pas attirer l'attention, ils se sont furtivement déplacés vers les toilettes sèches donnant sur la coursive extérieure de la tour. Ils ont évité de justesse de se faire repérer par les habitants circulant dans ce secteur. Arrivé dans les toilettes, Sandra s'est rendu compte des mutilations spécifiques du cadavre. Il lui a semblé que le corps recelait encore quelque chose. Aidé d'Élisabeth elle a retrouvé dans la bouche du corps la pièce argentée volée à Mircea.

Retournant à l'appartement, ils se sont demandés qui avait pu commettre ce crime et pour quelle raison. La panique les a saisi à la gorge à la pensée que ce corps était un message de la milice et que le Nigérian et ses hommes étaient sur leurs traces. Ils se sont aussi rappelé de l'homme étrange circulant dans le quartier rouge, cet sorte de prêtre corrompu. Y avait il une corrélation avec les religieux de la tour?
À ce propos, Mircea et ses connaissances de l'occulte l'ont aidé à faire une corrélation entre lesdits prêtres et la pratique de torture rituel. Une ancienne secte d'Amérique du sud avait plus ou moins le même crédo mais ces derniers ont été interdits en 1991 et le groupe ne s'est jamais reconstitué après la disparition de leurs leaders. Pourtant quelque chose ne tourne pas rond.

Sinon de nouveau concernant le corps cela pouvait aussi être le fait du groupe de Jimmy ou encore d'un allié mystérieux d'Enmerkar... Beaucoup trop de questions sans réponses, il leur fallait plus d'éléments. Ils ont décidé d'aller récupérer le véhicule du junky. Pour ce faire ils ont emprunté l’ascenseur secret du casino et ils se dirigent maintenant vers le chantier de construction du RDC afin de récupérer quelques lampes et des armes pour trouver le véhicule. La lumière blême de l'ascenseur de service disparait alors que les portes se referment. Faiblement éclairés par leurs portables et les quelques lumières de sécurité qui ne sont pas défaillantes, c'est la peur au ventre que le groupe s'enfonce dans les entrailles de la tour.

Verrouillé