"terreur" de clive barker

Discussions JdR, ciné, TV, livres etc. qui peuvent être utiles pour Kult.
Répondre
sadie
Messages : 513
Enregistré le : ven. 17 déc. 2010 23:56

"terreur" de clive barker

Message par sadie » mar. 26 juin 2012 14:21

Salut, j'ai pas vu le topic sur ce film, alors je me lance.

J'ai trouvé ça pas mal fait, dans la série de film adapté des livres de sang si je me trompe pas.

Quaid est sympa comme personnage dérangé (juste un peu).

:frime:
« Souviens-toi d'oublier. »
Friedrich Nietzsche

Avatar du membre
Dkarl
Messages : 186
Enregistré le : mer. 15 juil. 2009 14:50

Re: "terreur" de clive barker

Message par Dkarl » mar. 26 juin 2012 16:01

Mauvais comme les autres adaptations... Enfin... disons que c'est l'un des moins pire avec midnight meat train (qui est plutôt bon, mais souffre à mon gout d'un rythme trop lent et de personnages secondaires totalement plat et inutiles. Bref c'est une nouvelle et le passage en format long ne fonctionne pas trop trop)
Je l'ai vu y a un moment, donc je ne pourrais pas débattre. J'en garde un souvenir de film très passable, pas insupportable mais vraiment mal calibré. Disons que l'histoire et ok, la narration aussi. mais je ne trouve pas la psychologie du perso crédible.
Je n'en garde qu'une seule bonne scène, celle à la hache (avec son effet de caméra collé à la hache sympa)

Tiens en cherchant, je tombe sur cette critique qui colle bien à l'impression que je garde du film:

"Clive Barker adapté par un jeune cinéaste visuellement inspiré mais dépourvu de toute subtilité. Cela donne Dread, un long film, pas très finaud que l’on réservera aux jeunes amateurs de sensations pseudo malsaines et peu dérangeantes.

Pour les besoins d’une thèse cathartique, trois jeunes gens essaient de retrouver les origines de leurs terreurs et celles d’anonymes volontaires. Mais à grand renfort de chansons empathiques pour étayer les émotions, la volonté poussive et grandiloquente du metteur en scène de vouloir repousser les limites de l’angoisse vire très vite au grotesque. Alors que le plus cynique d’entre eux sombre progressivement dans la folie meurtrière, les hallucinations gore avec flashback de massacre ponctuent le récit, comme pour extirper le spectateur d’une torpeur fastidieuse. Faute de psychologie palpable, les effets faciles génèrent ennui et irritation. On a passé l’âge pour pareille sottise."
Et un peu d'art

Répondre